Qu’est-ce que la cohésion ?

Pourquoi est-elle importante ?

Comment l’assurer dans mon ouvrage ?

De la cohésion et de la cohérence

La cohésion se pense en interne lors du processus d’écriture. Il s’agit des liens logiques qui unissent entre eux les arguments et les parties d’un ensemble organisé. Le texte ainsi organisé sera donc dit cohésif.
La plupart des conjonctions de coordination (mais, donc...) produisent de la cohésion mais en surnombre elles n’entrainent que confusion !
La cohérence se définira plutôt de manière externe, il sera important par exemple de s’attacher au contexte, aux interactions avec les objets, ou encore à l’absence de contradiction lors des interactions des protagonistes.

L’importance de la cohésion

On peut définir le texte comme une suite d’énoncés voués à constituer une unité discursive qui fait sens.
Pierre Barbéris, un grand écrivain et critique littéraire français disait même en ce sens que « le texte est une suite d’énoncés (…) posés par leur producteur commune un ensemble complet et autonome ».
Dès lors la cohésion est le principe fondamental d’un texte. Elle permet justement d’unir ces suites d’énoncés.

Grâce à la cohésion, le lecteur à des fondamentaux de compréhension de votre œuvre et sera beaucoup plus libre de s’intéresser à l’intrigue et à la sensibilité de l’auteur.

Pour vous auteur, jouer de cette cohésion une fois maitrisée et des imprévus participera à accrocher activement le lecteur, en vous laissant libre d’imposer votre style.

La littérature, notamment avec les auteurs du mouvement surréaliste, s’autorise bien sûr quelques entorses à la cohésion, mais toujours de manière volontaire et longuement réfléchie.

4 outils essentiels pour assurer la cohésion

On assure la cohésion à partir de quatre moyens qui doivent être utilisés ensembles.
La répétition
La répétition peut être indispensable pour assurer la cohésion en créant des chaînes référentielles sur lesquelles l’auteur lors du processus d’écriture, mais surtout le lecteur lors de la découverte du texte, pourront s’appuyer.
La répétition peut même participer à un effet stylistique, comme avec l’anaphore qui reste une de ses expressions traditionnelles.

La progression

Le développement du texte doit s’accompagner d’un apport d’informations au lecteur qui doit être sans cesse renouvelé. Ces informations doivent porter sur l’intrigue, les personnages, l’environnement présent comme passé qui les façonne et créé des implications.
Sans cette progression d’éléments nouveaux, le lecteur aura une sensation de perte de temps ou bien d’ennui.

L’absence de contradiction

Il est essentiel de s’assurer qu’aucun élément de sens ne contredit un contenu proposé antérieurement au lecteur.

La relation

Quel que soit le genre, les faits se réalisant dans l’univers du texte doivent tout de même rester reliés ou reliables.
Le lecteur s’attachera presque intuitivement à trois grandes formes de relations :
*Analogiques, c’est-à-dire la relation de ressemblance ou d’équivalence – « j’ai été étonné et il n’en revient pas »
*Chronologiques- « je vais travailler, ensuite je rentre à la maison ».
*Logique- « matin je travaille, le soir je dors »
*La relation de contiguïté, lorsque le rapprochement des termes laisse présupposer au lecteur le sens. ou la relation méronymique lorsque le tout désigne la partie et vice versa-« ce vélo, sa couleur jaune ne lui plaisait pas »

Rébecca-May CHALONS MOURIESSE